L’Inde Intérieure

CHRONIQUES D’UNE VOYAGEUSE DES MONDES

Bonjour, je suis Nathalie Geetha. J’ai 36 ans, et depuis toute petite, l’une de mes passions, c’est les voyages. Je me rappelle encore des frissons qui me parcouraient le dos devant l’écriteau de l’aéroport avec ses destinations aux contrées lointaines.

Dans quel port ai-je envie d’atterrir ?  nathalie

Cette passion aurait pu devenir un métier : pilote, voire même astronaute, mais la vie en a décidé autrement. Et tant mieux !

Les voyages restent une source d’inspiration profonde, tant personnellement que professionnellement, et plus que jamais, car dans ma démarche de comprendre et d’honorer le vivant, j’ai réalisé que ce qui m’attirait dans les voyages, c’était bien sûr les rencontres humaines, culturelles, tout ce qui nous reliait, comme ce qui nous différenciait.

Mais c’est aussi le voyage intérieur associé à l’exploration extérieure.

Sortir de sa zone de confort, flirter avec l’inconnu, le doute, les révélations, pour finalement découvrir une nouvelle contrée : « le Moi Profond », ou encore « l’Âme »… En résonnance avec l’Âme du Monde.

Embraser l’ overview effect…

A 36 ans, difficile de t’expliquer mon métier. Ce serait plutôt mon art.

Médecin, danseuse, yogathérapeute, consultante en Ayurveda, cuisinière gourmande, auteure, conférencière, masseuse, exploratrice du féminin sacré, éternelle novice …

Finalement, j’aime construire des ponts qui nous unissent dans nos différences.

Tenir l’espace des possibles pour que chacun, chacune, trouve ce qui est juste en soi afin d’avancer sur son chemin de vie.

Poser le cadre pour laisser faire la nature. Extérieure, et Intérieure.

Artiste de la permaculture humaine ?

Alors je t’invite à notre première destination :

La route des Indes.

Et oui, c’est mon pays de prédilection, puisque c’est la terre de mes ancêtres, et que j’y ai vécu mes années d’initiation, de 10 ans à 18 ans…

Prêt(e) pour l’aventure ?

Cette chronique en 3 temps s’inspire de la prochaine aventure ayurvédique concoctée par l’iSi : la #Bulle AyurIndia , qui décolle du 31 janvier au 21 février 2017.

La route des Indes 1/3 : L’Inde Intérieure

II

« Le parfum envoutant de l’huile de coco sur ma peau me ramène à l’instant présent. A l’ombre d’un bananier qui danse l’air frais de la petite île où je vis ma 1ère cure ayurvédique au Kerala, en Inde, le soleil est bientôt au zénith, heure où mon soleil intérieur rayonne à son apogée. Capacités de digestion et de transformation de la matière, mais aussi des expériences et des émotions, sont optimales, à l’extérieur de moi, comme à l’intérieur de moi. Je me prélasse dans mon hamac, l’âme contemplative de ces derniers mois passés en accéléré. C’est bientôt l’heure de mon soin ayurvédique de la journée : un massage d’une heure, à l’huile de coco avec une préparation d’herbes spécifiques pour hydrater mon corps en profondeur, et mobiliser les « toxines » de mon corps énergétique* . Au bout de 7 jours de ce même rituel, avec une alimentation adaptée, et des plantes prises en décoction, je vais pouvoir faire un « reset » de mon corps énergétique, et goûter à une santé vibrante, car mon corps va retrouver sa zone d’auto-régulation optimale, la fameuse homéostasie** de tout organisme vivant. Pour approfondir cette cure, de petites astuces précieuses et simples m’accompagnent afin de me reconnecter à la nature qui vibre en moi : réveil matinal avec le soleil, rituel détox à l’huile du matin, infusion citronnée pour lancer mon tube digestif, mobilisation de mon corps et de mon esprit avec du yoga, connexion à mon âme avec une méditation, détente pour accueillir le non-faire… Et dégustation de mets délicieux et respectueux de l’intelligence de ma physiologie, de mes besoins, de mon Être. »

C’est peut-être toi, qui vis cette 1ère fois…

Je me suis toujours posée la question de cette fascination occidentale pour l’Inde. Le nombre d’amis, de connaissances, de collègues qui m’ont demandé intrigués par ce pays, des informations pour entreprendre un voyage, une initiation. L’Inde, c’est le pays initiatique des 5 sens. Si tu y es déjà allé, je suis sûr que quand tu vois un film où une scène se déroule là-bas, dans une rue de Bombay, avec des autorickshaws qui conduisent à tue-tête, la foule qui circule en ondulant autour des vaches dans la rue, colorée de saris, de paniers remplis de nourriture, tes sens se mettent en éveil. Odeurs de curry, souvenirs de dégustations divines ou surprenantes, moiteur tropicale qui oscille entre l’agréable et le désagréable, brouhaha des villes et calme serein de la nature… Oui, l’Inde, c’est la sensorialité incarnée. Pour le meilleur, comme pour le pire. Elle nous révèle à nous, nous apprend à explorer les limites de notre zone de confort.

21199361-pices-color-es-indiennes-et-du-th-au-march-aux-puces-d-Anjuna-Goa-en-Inde-Banque-d'images.jpgEt l’appel du grand saut vers l’inconnu est inéluctable. Si tu nages contre le courant d’une rivière, tu t’essouffles. Si tu vas dans le sens du flow, tu te laisses porter. L’Inde c’est cela.

Aujourd’hui, en occident, l’Ayurveda, cette sagesse indienne plusieurs fois millénaire, vient titiller la curiosité de la femme et de l’homme modernes qui réalisent qu’un temps pour prendre soin de soi et ralentir devient primordial, à l’heure où l’hyperconnectivité digitale pulse en nous presque 24h sur 24. Mais au delà de ce que nous pouvons trouver dans les médias classiques, l’Ayurveda, et la cure ayurvédique, ne sont pas qu’une escapade de une à trois semaines où tu te fais masser tous les jours, en sirotant des potions de plantes un peu amères, après un bilan ayurvédique minutieux avec un médecin qui te présente ton diagnostic ayurvédique :

« Tu es Kapha*** de nature, mais ton mode de vie accéléré explique tes signes associés à une augmentation de Vata*** ». Même si tu n’as pas tout compris, tu acquiesces et tu suis le programme prescrit sans trop te poser de questions. Pour moi, ça va beaucoup plus loin que cela. Ce temps que tu t’autorises à prendre pour te reconnecter à ton intelligence du vivant, ce peut aussi être un moment de faire le point sur ta vie, faire un tri : honorer où tu en es, lâcher ce qui ne te sert plus dans ton quotidien, certains schémas répétitifs par exemple, faire de l’espace, pour accueillir le nouveau. D’un point de vue physique (des habitudes alimentaires inadaptées à tes besoins, des kilos en trop…), mais aussi au niveau du corps énergétique, pour retrouver ta vitalité, régénérer tes émotions, retrouver ton souffle pour une nouvelle saison, t’investir dans des relations qui te nourrissent, tant professionnelles que personnelles, redonner du sens à ta vie, te reconnecter à la magie du vivant qui nous orchestre sur cette planète bleue.

VPK

Oui, une cure ayurvédique peut être un véritable voyage intérieur pour revenir régénéré, tant dans la Tête, que le Cœur et le Corps, avec une rééducation profonde à notre intelligence intérieure, sensorielle, physiologique et auto-régulatrice. C’est en ça que l’Ayurveda est une belle palette des possibles de la santé intégrative ****.

Faire de la place. Dans la Tête, le Cœur, le Corps. Toute une aventure. Et aussi prendre le temps de redécouvrir les mystères et le sacré cachés dans ce « temple » qui nous porte de notre premier souffle jusqu’à notre dernier. Nous sommes clairement sortis de la période où le corps était considéré comme une machine à réparer. Les progrès en neurosciences nous permettent de confirmer cette capacité

d’auto-régulation, cette homéostasie, cette intelligence du vivant en nous, qui est faite pour vivre de manière harmonieuse avec soi, avec les autres, et avec la nature.

Et comment puiser dans ces ressources abondantes ? Là encore, la nature est très bien faite, ce fameux bon sens dont parlent les anciens. Nous sommes « câblés » pour vivre dans cette zone d’auto-régulation. Notre système nerveux, nos 5 sens, nos sensations, nos émotions, nos signaux internes nous parlent sans cesse. Avec les progrès technologiques, sans le savoir, nous nous sommes éloignés de cette intelligence. L’idée n’est pas de revenir en arrière, et de s’opposer au progrès, mais de remettre le vivant au centre tout en gardant cette ascension de la technologie. Une bonne cure ayurvédique doit te proposer ce partage de connaissances du vivant issues de l’Ayurveda, ainsi que des activités concrètes et des outils simples et adaptés pour que tu puisses emporter cette expérience limitée dans le temps dans ton quotidien occidental à travers des rituels.

C’est ce que nous expérimenterons pendant 9 jours à la Banana Island retreat, une petit centre ayurvédique familial réservé uniquement pour notre groupe de 12 aventurières ayurvédiques, dans le cadre de la #Bulle AyurIndia.

BigBanana

*********

Nathalie Geetha

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s